Lettre ouverte aux élus locaux de notre circonscription

DODIER 2018route257.jpg

Saint-Isidore-de-Clifton, le 17 mars 2018

Financement de la mise à niveau de la route 257 Appui et piste de solution

Bonjour,

Je désire vous informer de mon total appui à la demande que vous et vos collègues avez adressée au gouvernement québécois, afin d’obtenir le financement de la mise à niveau de la route 257 dans la MRC du Haut-Saint-François.

Déjà en 2011, dans le Journal du Haut-Saint-François, le journaliste Jean-Claude Vézina écrivait : « Depuis plus de 30 ans, des demandes ont été répétées pour améliorer cette route (…)». Nous sommes en 2018. Cela fait donc 40, que les élus des différentes municipalités répètent inlassablement leurs doléances auprès de l’État québécois.

Ministre et député actuels ont beau répéter que cette route appartient aux municipalités, il n’en demeure pas moins que la réalité est fort simple: cette mise à niveau représente un fardeau fiscal insupportable pour les municipalités concernées.

Cette route a un potentiel touristique et économique important pour le développement de notre région, sans compter que la sécurité des nos résidents et celle des dizaines de milliers de touristes appelés l’utiliser devrait préoccuper l’État.

De plus, bien qu’elle appartienne aux municipalités, cette route n’en demeure pas moins une «porte d’entrée» du Québec depuis les États-Unis. Ce qui lui attribue un mandat dépassant largement les juridictions municipales.

Rejeter la faute sur les municipalités concernées, comme le faisait monsieur Ghislain Bolduc sur les ondes de Radio-Canada en juillet dernier, ne représente pas « le prendre soin » auquel la population de Weedon, Lingwick, Scotstown, Hampden et La Patrie est en droit de s’attendre de la part de son député censé porter sa voix auprès des instances gouvernementales:

«(..)  depuis 25 ans, s’ils avaient mis un peu d’argent tous les ans, peut-être qu’on n’en serait pas là. C’est facile de dire que ça ne marche plus, que quelqu’un d’autre s’en charge.» G. Bolduc, Radio-Canada 05/07/2017

La solution existe! Il suffirait d’une réelle volonté politique pour la mettre en application.

Selon les chiffres présentement avancés, le coût de la mise à niveau serait de 25 millions. Les cinq municipalités impliquées se sont déjà engagées à se partager 10% du coûts des travaux. Ce qui représente  la somme de 2,5 millions.

Et si, les 22,5 millions restants se trouvaient dans « l’enveloppe centrale » camouflée dans le Plan québécois des infrastructures 2017-2027, récemment adopté par le gouvernent libéral? En effet, ce plan prévoit :

 « (…) une enveloppe centrale de 9 milliards de dollars. Cette enveloppe est requise pour permettre éventuellement de provisionner et de mettre en oeuvre à court et moyen terme les projets stratégiques que le gouvernement a reconnus et priorisés. »

La mise à niveau de la route 257 est un projet stratégique et prioritaire identifié par les élu-e-s locaux et la population qu’ils et elles représentent. Ne reste plus qu’au gouvernement québécois de faire sienne cette priorité. L’argent est là, réservé expressément à cette effet.

Soyez assurés, qu’au cours des prochaines semaines et mois, je porterai avec vous ce dossier pour que le gouvernement québécois, celui en place ou celui qui le remplacera bientôt, entende la voix de notre région et daigne enfin, avec 40 ans de retard, prendre soin de la population de notre territoire!

Veuillez accepter mes plus cordiales et sincères salutations,

Sylvain Dodier

Candidat du Parti Vert du Québec – Circonscription de Mégantic

Contact

Oser s’engager!

cropped-dodier-20181.jpeg

À titre de représentant de la population de sa circonscription, le député remplit 3 rôles fondamentaux. En premier lieu celui de législateur, en étudiant et votant les projets de lois. Il a aussi pour devoirs de contrôler l’action du gouvernement et de servir d’intermédiaire entre les citoyens et l’Administration publique.

À mes yeux, le député se doit aussi d’être un catalyseur dans son milieu. S’engager concrètement dans et envers son milieu dans le but de favoriser le mieux-être de tous, qu’ils soient petits ou grands. Il doit soutenir les rassemblements autour de projets novateurs qui favorisent le développement durable de son coin du monde.

 En ce sens, si je suis élu  à l’Assemblée nationale du Québec, je m’engage à titre de député du Parti Vert, et ce peu importe quel  parti formera le prochain gouvernement, à :

👉🏻 représenter avec loyauté les citoyennes et citoyens de mon comté;

👉🏻 défendre avec vigueur et ténacité les dossiers de ma circonscription;

👉🏻 verser 25% de mon salaire de député à des organismes (OBNL) du comté;

👉🏻 effectuer chaque mois 10h d’animations gratuites dans les garderies, écoles et organismes dédiés à la famille sur le thème Nature/Culture;

👉🏻 organiser chaque mois une assemblée publique avec la population de ma circonscription;

👉🏻 créer un site Internet du député favorisant la transparence d’action: agendas public, compte de dépenses, factures, etc;

👉🏻 mettre en place des outils de consultation directe avec les citoyens et les élus municipaux;

👉🏻 créer un Comité intergénérationnel de sages pour conseiller le député: composé de jeunes de 16 à 25 ans et d’ainés de 65 ans et plus.

👉🏻 soutenir activement le développement de jardins communautaires, de marchés publics, de services et de commerces de proximité partout sur le territoire;

👉🏻 créer 4 bourses d’étude remises à des personnes de 16 et plus, qui osent dépasser les barrières de genre, de rôles et de milieux pour se lancer dans un audacieux défi.
Merci de m’accorder votre confiance.

Sylvain Dodier

Le XXI siècle sera VERT ou ne sera pas!*

Chemin
Je ne suis pas né écologiste.
Je le deviens chaque jour davantage. Je me lance dans cette campagne  électorale avec le Parti Vert du Québec car je suis convaincu que  notre avenir passe par la sagesse écologique, le développement durable, la justice sociale et le respect de la diversité.

J’entends porter haut et fort la parole des résidents du comté de Mégantic et mettre en place des règles de transparence et des outils consultatifs facilitant l’implication des résidents du comté.

Je suis en faveur de la décentralisation des pouvoirs de l’État québécois vers les instances locales. Je crois que nous devons augmenter rapidement l’offre de transport en commun et en favoriser sa gratuité .

Nous devons bouleverser nos services de santé pour les axer avec emphase sur la prévention, le maintien à domicile et la proximité.

Je veux que l’État québécois, de manière à favoriser le développement durable, s’engage activement aux côtés des petits producteurs et entrepreneurs locaux. Faciliter leurs actions et cesser de les accabler par des mesures et des règles qui avantagent inlassablement les plus gros joueurs.

Je veux, de manière prioritaire, lutter contre l’analphabétisme et l’acculturation. L’éducation et la culture transforment les vies et contribuent à construire la paix, éradiquer la pauvreté et promouvoir le développement durable. Une population instruite et cultivée est la clé de voûte d’un territoire comme le nôtre et d’un Québec dynamique et plus juste, tolérant, ouvert sur le monde et véritablement démocratique.

Je vous invite à vous joindre à moi pour œuvrer à la protection de notre territoire en nous opposant fermement à ces entreprises de tout acabit qui spéculent, détériorent et exploitent indûment nos milieux de vie et nos ressources naturelles.

Ensemble, prenons soin de notre coin du monde et osons construire un monde meilleur!

Sylvain Dodier

*« Le XXI siècle sera VERT ou ne sera pas!» est un clin d’oeil à André Malraux, intellectuel, écrivain et homme politique français décédé en 1976, à qui est attribuée la phrase: «Le XXI siècle sera religieux ou ne sera pas!».